KIDS

Mais pas United

Ces dernières années, le jeu vidéo a fait quelques incursions dans les musées. Il était temps que le travail des artisans du milieu viennent prendre un peu de place sur les murs réservés aux monochromes et autres merveilles de l’esprit humain. KIDS, c’est un peu l’inverse : l’œuvre abstraite s’est échappée d’un musée pour arriver sur nos moniteurs crasseux. Contrairement à un chef-d’œuvre au Ripolin, on peut se la procurer pour trois sous.

KIDS est un court-métrage interactif, où l’on oriente de petits personnages à la souris. On clique et les bonhommes réagissent, ça aurait pu être désuet et drôle. Mais la sensation de malaise surgit bien, fugace, devant ces petits êtres agglutinés. L’ambiance sonore contribue fortement à faire naître l’étincelle de l’angoisse. Dans ce monde en noir et blanc, on semble ordonner la vie et la mort. Suis-je un sauveur ? Suis-je Dieu ? À moins que ce troupeau ne court seul à sa perte, incapable de s’organiser. La vraie angoisse serait d’être un des leurs. Ha zut, ils m’ont eu : j’interprète.

Les amateurs d’animation et les fumeurs de shit gras trouveront dans KIDS matière à gamberger sur l’anthropocène, la création, le panurgisme, la vie, la mort…
Les agoraphobes masochistes sont également bienvenus.

KIDS
Développeur : Playables, Martin von Rickenbach
Éditeur : Double Fine

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s