Layers of Fear

Il en tient une couche

Layers of Fear 2 s’apprête à sortir. Petit rappel du concept avec son prédécesseur de 2016.

J’aurais aimé être un artiste maudit et torturé. Vivre dans un chalet au bord d’un lac bordé de bois. Écluser les bouteilles de Scotch, les yeux vitreux rivés sur ma Remington.
Hélas, mon goût pour le Whisky est mort-né dans une gerbe de vomi adolescente.
À défaut de parvenir à devenir alcoolique, j’ai vécu mon rêve par procuration en lisant Stephen King.

Comme les artistes sont des gros obsédés, Layers of Fear traite de l’obsession créatrice. Le but de notre avatar boiteux est simple : parvenir à terminer son œuvre ultime. En tant que joueur, on va recoller petit à petit les morceaux de la vie tourmentée de notre Picasso gothique en explorant sa grande demeure. On se sent comme face à une galerie bizarre dans un musée d’art contemporain, la sensation d’arnaque en moins.
On saisit le contexte au fil des notes et extraits sonores, seuls moments de pause dans notre errance sur parquet ancien.

Layer of Fear est un walking simulator très, très simple : les quelques puzzles croisés n’en méritent même pas le nom. En même temps, vu l’état psychique du protagoniste, difficile de lui faire résoudre des équations d’astrophysique sans créer la dissonance. On clopine donc, en savourant des hallucinations que le capitaine Haddock lui-même ne devait que trop bien connaître, avant que Tintin ne lui fasse lâcher la bibine.
On doit nos quelques sursauts à une mécanique de jump scare plus maline que la moyenne, axée sur le déplacement de notre regard. Si cette surprise est bienvenue, elle ne doit son salut qu’à la courte durée de vie du titre.

100% dirigiste et très court, Layers of Fear se concentre sur une ambiance extrêmement soignée.
De quoi répondre à l’appel du frisson sans s’engager dans un survival que vous ne finirez jamais.
20€ les 3 heures de train fantôme 1ère classe, c’est à proportion moins cher qu’à la fête foraine.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s