Alt-Frequencies

Le Standard est pris d’assaut

Le petit-déjeuner, parfois, c’est dur. Les yeux encore collés, on entend à la radio Jean-Michel Apathie nous dire qu’il faut se bouger les fesses pour la croissance, et plus vite que ça.
Entre la météo et le PMU, un économiste nous explique que la courbe de nos pauses café est inversement proportionnelle à celle de la productivité du PIB moins la TVA.
Heureusement pour se détendre, il y a les jeux vidéo. Voyons celui-ci…HA NON FAIT CH.

Alt-Frequencies

Une radio, posée sur ce qui semble être le comptoir d’une cuisine, à côté d’une plante verte. Voici le décor fixe d’Alt-Frequencies. Dans ce jeu co-produit par Accidental Queens (A Normal Lost Phone) et Arte, il va s’agir d’écouter plusieurs stations de radio pour appréhender notre monde, et les faire interagir entre elles pour progresser dans l’histoire. L’intrigue tourne autour d’une échéance électorale proche : un référendum pour la mise en place de la “boucle temporelle”. Une technologie portée par ceux qui la défendent comme la solution aux diverses crises, écologique notamment. Mais – attention spoiler – tous les oligarques technocrates ne sont pas forcément des humanistes désintéressés.

Alt-Frequencies

Les mécaniques sont simples : on enregistre un extrait sur une station A, pour le diffuser sur une station B et provoquer une réaction. Le plus souvent, il s’agira de s’inviter à une de ces fameuses sessions de “questions des auditeurs” chères à nos grandes ondes nationales. On navigue ainsi de la fréquence musicale pour adolescents à la grande station d’information généraliste, en passant par la radio associative étudiante.
Quelques fréquences moins “officielles” sont aussi de la partie. On retrouve avec joie des versions parallèles de grands noms, et surtout de grandes bouches, du paysage médiatique. Qu’on entende une brosse à reluire interviewer une ministre, ou un tonton beauf refaire l’actualité, de grands noms du journalisme nous viennent en tête immédiatement. Mais attention : c’est une œuvre de fiction.

Si l’expérience ne paye pas de mine (2h de jeu sans se presser), elle a bien des choses à dire. En plus d’être une satire des médias dominants bien menée, les thèmes précis collent diablement à l’actualité. Les chiens de garde cachés derrière le “politiquement incorrecte”, les journalistes transformés en attachés de presse des préfectures, la criminalisation des militants, l’importance des médias indépendants et des lanceurs d’alertes…Réussir à parler de tout ça en restant léger était un petit défi, relevé avec succès. La sobriété visuelle est compensée par un bon casting de voix, que vous reconnaitrez peut-être.

A travers la figure du simple auditeur doté d’un pouvoir d’action limité, les auteurs nous montrent le citoyen d’une démocratie doté de son pouvoir de vote.
Le premier a choisi l’action directe. Le deuxième s’en remet aux urnes.
Lequel est le plus fou ?

Alt-Frequencies
Développeur : Accidental Queens / Arte
Éditeur : Plug In Digital
8€

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s