Vandals

Murs et merveilles

Un beau matin, à son réveil
Par une excentricité qui l’amusait la veille
C’était l’épopée graffiti qui imposait son règne
Paris était recouvert avant qu’on ne comprenne
Joey Starr

Après le succès commercial et critique de Type:Rider, atypique platformer typographique, Arte et Ex Nihilo signent à nouveau avec Cosmografik pour créer Vandals. Le concept : un puzzle game vu du dessus où l’on doit, en tant que graffeur, accomplir notre œuvre tout en esquivant des agents des forces de l’ordre à qui l’œil artistique fait cruellement défaut. Assez généreux, le titre compte 60 niveaux, répartis sur quatre décennies et autant de villes. Le challenge est à un niveau accessible, mais se corse pas mal pour qui voudra débloquer tous les tableaux bonus. Pour résumer le gameplay, on est mécaniquement dans la lignée d’un Lara Croft : GO. La première carte du jeu est Paris, en 1968. Bien avant l’avènement du mouvement Hip-Hop donc, auquel on a pourtant naturellement tendance à associer le début des cartonnages de façades et de RER.

Arte touch oblige, de petits collectibles facultatifs livrent de courtes informations sur la discipline au fil des niveaux. Vous saviez, vous, que le plus vieux graffiti encore visible à Paris date de 1764 ? Alors oui, écrit comme ça, là, c’est chiant. Mais le jeu ne se contente heureusement pas de nous jeter dates et blazes au visage en guise de caution culturelle. On a plutôt affaire à des anecdotes vivantes, le portrait d’un personnage fort, etc. Vandals a à cœur de rappeler que, du Bronx à São Paulo, l’expression murale fut d’abord celle des sans-voix, bien avant que le Street Art n’investisse les galeries huppées et les salles d’enchères pour millionnaire.

Vandals, c’est un puzzle game classique et efficace, dans ce qu’on fait de mieux dans sa gamme de prix en terme de richesse et de durée de vie. En revanche, c’est le seul dans lequel vous verrez des bouts de murs Allemands, Brésiliens, Japonais. Et surtout le seul où vous pourrez graver dans un kshhhhh vos cris du cœur ou gribouillis obscènes. Donc quitte à dépenser 4€50, dépensez-les bien.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s